Tempêtes sonores devant des images spectaculaires

“Un pas de deux grandiose de musique et d’image.”

Le sixième concert du festival “eviMus” de Sarrebruck a captivé son public avec le spectacle multimédia Double Jeu à la cantine KuBa : le violoniste Diego Tosi joue derrière un rideau de gaze sur lequel sont projetées des images en mouvement.

Revue de presse de Kerstin Krämer du Saarbrücken Zeitung.

Diego Tosi semble être entouré d’une tempête de feu : Autour du violoniste, il flamboie et s’embrase, des nuages brillants de jaune chrome et de rouge le poursuivent. Le célèbre virtuose du violon fait partie de l’ensemble français Flashback, qui présentera un fantastique spectacle multimédia au Kulturzentrum am Eurobahnhof (KuBa) samedi prochain.
Il s’agit du sixième concert des “Journées sarrebruckoises de la musique électroacoustique et visuelle” de cette année, en bref “eviMus” : du jeudi au dimanche, des œuvres de compositeurs régionaux et internationaux seront interprétées en collaboration avec différents ensembles, des artistes vidéo et sonores et même des interprètes de danse – comme une sélection de l’appel à candidatures international qui précède le festival. La salle est occupée jusqu’au dernier siège ; les spectateurs d’âge divers se sont installés confortablement sur les chaises et les canapés dans un style rétro, entre les deux il y a des lampadaires et des pots avec du chanvre majestueux en arc. L’entrée est gratuite, les boissons et la soupe végétarienne sont disponibles à des prix extrêmement modérés.

L’atmosphère accueillante et chaleureuse de la cantine du partenaire de coopération s’inscrit parfaitement dans l’esprit du directeur du festival Daniel Osorio, originaire du Chili, qui ne cherche pas expressément un public élitiste pour son projet de niche, la musique nouvelle. Osorio lui-même est un compositeur de musique nouvelle et veut délibérément faire un travail de médiation : “90% du public n’est pas expert en musique contemporaine”, estime-t-il les yeux brillants. “Ça me rend heureux !”
La première édition a eu lieu en 2014, depuis lors, eviMus n’a cessé de croître et son contenu a également changé. Au début, l’accent était mis sur la musique acousmatique : des sons dont l’origine ne peut être identifiée, ce qui nécessite une situation d’écoute pure. “Cependant, nous avons remarqué que le public avait besoin d’une (inter)action,” dit Osorio. Il invite donc de plus en plus d’artistes à se produire sur scène.
Depuis, l’effort technique s’est accru : huit haut-parleurs répartis dans la salle délivrent depuis longtemps un son de qualité octophonique. Dans le même temps, l’aspect visuel de l’expansion multimédia est devenu de plus en plus important, comme dans le spectacle “Double Jeu” de Flashback : Un projecteur projette des images en mouvement sur un rideau de tulle transparent, derrière lequel se trouve Diego Tosi, qui joue tantôt du violon pur, tantôt avec des effets sonores ou électroniques, que ses collègues, depuis la console de mixage, produisent parfois en temps réel. Tantôt des orages filigranes, tantôt des orages sonores se déchargent ; tantôt Tosi est en dialogue musical avec des images projetées de lui-même, tantôt encore des graphiques en 3D semblent flotter et s’animer à travers sa pièce – un pas de deux grandiose de musique et d’image.
Le public réagit à juste titre avec frénésie, tous les concerts ont été jusqu’à présent très fréquentés, et Osorio a toutes les raisons de se réjouir.